Dijon

CAISSE DE SOLIDARITÉ CONTRE LA RÉPRESSION

 

  • N° de téléphone : 07 53 49 05 48
  • Mail de contact : caissedeso21 [at] riseup.net

 

Depuis quelques années à Dijon, la Caisse de Solidarité contre la répression s’organise autour des questions de répressions policières et juridiques. Il s’agit essentiellement d’être en mesure de trouver des avocats, de trouver de l’argent collectivement pour les payer, d’élaborer ensemble les défenses des personnes inculpées et de soutenir les personnes blessées par la police.

Si le collectif est né dans le but de soutenir les manifestant·es arrêté·es dans un contexte de mouvement social, nous pensons que c’est l’ensemble de la répression quotidienne qu’il faut combattre, face à la multiplication des lois absurdes qui font tomber de plus en plus de comportements dans l’illégalité, et face à la violence policière que seules quelques images parviennent à rendre visible à celles et ceux qui n’en font pas directement les frais.

En creusant par delà les couvertures médiatiques, il apparait que les blessures, les arrestations, les condamnations, ont toujours pour justification principale de vouloir empêcher tous les comportements « anormaux » par la terreur. Quoi que l’on puisse penser des lois en vigueur, elles n’interviennent que dans un second temps : pour légaliser les pratiques répressives.

Pour relever la tête ensemble face à cet engrenage, nous avons besoin d’argent, mais aussi de coup de main et de conseils. N’hésitez pas à nous joindre par mail ou par téléphone, ou à venir nous rencontrer sur les différents évenements de soutien relayé sur Dijoncter.Info

 

MAMIE MANIF’

Les jours de manifestations, mamie manif’ veille.

N’hésitez pas à diffuser ses tracts avant ou pendant la manifestation.

  • Si vous vous faites arrêter, appelez-la en sortant de garde-à-vue (mais il ne sert à rien de donner son numéro à la police pendant la gav).
  • Si vous voyez une arrestation, qu’un·e de vos proche a été arrêté·e ou que vous soupçonnez qu’il ou elle se soit fait·e arrêté·e, appelez-la immédiatement.
  • Si vous avez été blessé·e, appelez-la assez rapidement pour qu’elle vous donne les premiers conseils dans les cas où vous souhaiteriez porter plainte.